Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog géopolitique de D. Giacobi

POUR REPONDRE AUX NEGATIONNISTES (3) : L’ANTISEMITISME N’EST PAS MORT A LA LIBERATION DES CAMPS, LE NEGATIONNISME SELON RASSINIER ET DARQUIER DE PELLEPOIX

§ Partout en Europe et dans le monde (Norvège, Autriche, Etats Unis, Canada, Afrique du Sud…)sévissent des groupuscules néo nazis et « skin heads » qui reprennent tous les aspects de l’idéologie nazie, par exemple sur Internet. Les profanations de tombes juives dans les cimetières se multiplient.

 

 






























§ Qu’est-ce que le négationnisme ?

 

Plus grave encore, avec le recul du temps ; la mémoire s’obscurcit surtout dans les jeunes générations. Aujourd'hui se développe le « négationnisme » qui conteste l’existence des chambres à gaz.

Parce qu’on avait cru après guerre, alors que les informations n’étaient que partielles,  que des chambres à gaz avaient fonctionné dans tous les camps - ce qui était faux - des groupes de droite et antisémites ont prétendu qu’il s’agissait d’une invention de la propagande israélienne à la fin de la guerre pour obtenir le soutien international à la création d’Israël.

 

Selon l’historien Pierre Milza, c'est de la fraction la plus radicale de l'ultra-droite, celle qui avait lié son sort à celui de l'Europe hitlérienne, qu'est venue la première mise en forme élaborée des thèses négationnistes.

 

Œ Paul Rassinier : Celles-ci ont cependant reçu presque aussitôt un renfort inespéré, surgi d'un tout autre horizon politique, en la personne de Paul Rassinier, un ancien socialiste libertaire qui, arrêté pour faits de résistance, avait personnellement connu les horreurs de Buchenwald et de Dora et avait publié coup sur coup, deux " témoignages " sur l'univers des camps nazis : Le passage de la ligne ou l'expérience vécue en 1949, et Le mensonge d'Ulysse en 1950. Rassinier a longtemps servi d'alibi à l'extrême-droite " révisionniste ", en ce sens qu'originaire de la famille politique adverse et résistant authentique, il pouvait être cité à la barre comme non coupable du péché de fascisme, ce qui était probablement vrai au moment où l'ancien déporté de Buchenwald avait publié son premier livre, mais moins évident semble-t-il une décennie plus tard. L'illusion de l'objectivité était d'autant plus grande que l'auteur du Mensonge d'Ulysse affichait des prétentions de " chercheur" et " d'historiens " et émaillait ses écrits de quelques critiques adressées à la politique hitlérienne : ce qui rendait son propos plus crédible auprès de ceux qui se cherchaient des raisons d'avoir ou d'avoir eu des tendresses pour le national-socialisme.

  Que celui que les " révisionnistes " français considèrent comme le véritable fondateur de leur " école" soit issu de l'extrême-gauche n'a rien de surprenant, si l'on se réfère aux précédents illustres de ce que Philippe Burrin a appelé la " dérive fasciste ".

 


  
Louis Darquier de Pellepoix : C’est aussi la thèse du Suédois Thies Christofferson dans son livre « le mensonge d’Auschwitz » ; de Louis Darquier de Pellepoix, Commissaire aux Questions juives de Vichy, réfugié en Espagne où un journaliste de l’Express alla l’interviewer en 1978 et qui affirmait :

 

Une interview de Louis Darquier de Pellepoix, ex-commissaire aux Questions juives du gouvernement  de Vichy par des journalistes de L’Express

L’Express : - Monsieur, il y a tout juste trente-six ans, vous avez livré aux Allemands 75 000 hommes, femmes et enfants. Vous êtes l'Eichmann français.

Louis Darquier de Pellepoix : Qu'est-ce que c'est que ces chiffres ?

L’Express : Tout le monde les connaît. Ils sont officiels. On les trouve aussi  dans ce document. (Je lui montre, ouvert à la bonne page, le « Mémorial de la déportation des Juifs de France », de Serge Klarsfeld. )

L. Darquier : J'en étais sûr : un document juif. Et re-voilà la propagande juive! Bien entendu, vous n'avez rien d'autre à me montrer que des documents juifs. Et pour cause : il n'en existe pas d'autres.

L’Express : Oh, que si! Des centaines, des milliers d'autres, qui n'ont pas été inspirés par les organisations juives. Cela dit, vous pouvez peut-être admettre que les Juifs se soient intéressés à la disparition de 6 millions d'entre eux.

L. Darquier : Ce chiffre est une invention pure et simple. Une invention juive, bien sûr. Les Juifs sont comme ça : ils sont prêts à n'importe quoi pour se faire de la publicité.

L’Express : Vous pensez vraiment ce que vous venez de dire ? Vous pourriez le répéter?

L. Darquier : Ah, je vois! Vous aussi, vous êtes intoxiqué. Mais vous êtes donc tous aveugles... Vous ne voulez, pas comprendre que tes Juifs n'ont qu'une idée en tête : mettre la pagaille partout. Et dans quel but? Vous le savez bien : faire de Jérusalem la capitale du monde. Il suffit d'ouvrir les journaux, aujourd'hui même, pour s'en rendre compte. Vous êtes venu ici m'accuser, mais...

L’Express : Non. Je ne suis pas un procureur.

L. Darquier : Vous croyez donc que la question juive date de 1942 ! Mais la question juive est un problème millénaire... Déjà, au Moyen Age, l'Occident, la chrétienté luttaient contre la progression  tentaculaire  des  Juifs. L'étoile jaune, ce n'est pas nous qui  l'avons inventée. Si, au XIIème  siècle, déjà, on a éprouvé le besoin de faire porter la rouelle aux Juifs, c'est qu'il y avait une raison. Quant à notre histoire récente, elle est entièrement conditionnée par la recherche de solutions au problème juif. Moi, lorsque le Maréchal m'a placé à la tête du Commissariat aux Affaires juives, je me suis fixé un premier but. Un but humanitaire, notez-le bien : rendre la situation des Juifs français aussi confortable que possible.

L’Express : C'est tellement vrai que, au mois de février 1943, vous avez proposé au gouvernement de Vichy un certain nombre de mesures auxquelles les Allemands eux-mêmes n'avaient pas  songé.

« Déclaration de Louis Darquier de Pelle poix au « Petit Parisien », le 1er février 1943 :

 « Je propose au gouvernement :  1. D'instituer le port obligatoire de l'étoile jaune en zone non occupée.

2. D'interdire aux Juifs, sans aucune dérogation, l'accès et l'exercice des fonctions publiques. Quels que soient, en effet, la valeur intellectuelle et les services rendus par un individu juif, il n'en reste pas moins qu'il est juif et que, par cela même, il introduit dans les organismes où il occupe une fonction, non seulement une résistance naturelle aux opérations d'aryanisation, mais encore un esprit qui modifie, à la longue, d'une façon profonde la valeur de toute l'Administration française.

3. Le retrait de la nationalité française à tous les Juifs qui l'ont acquise depuis 1927... »

 

L. Darquier : Cette histoire d'étoile jaune en zone libre, je ne m'en souviens pas. II doit s'agir encore de votre propagande juive...

L’Express : Absolument pas. C'est là, noir sur blanc, dans « Le Petit Parisien » du 1" février 1943.

L. Darquier : Peut-être... Peut-être... En tout cas, c'aurait été une erreur. Parce que, vous savez, contrairement à ce qui a été beaucoup dit, l'étoile jaune n'était pas populaire.

L’Express : Et la dénaturalisation des Juifs, c'était une erreur ?

L. Darquier : Ah ça, non ! C'est bien de moi, ça...

L’Express : Votre prédécesseur au Commissariat, Xavier Vallat, d'ailleurs jugé trop mou par les autorités allemandes, avait fixé à 1932 la date limite de naturalisation avant laquelle nul — en principe — ne tombait sous le coup des lois raciales (1). Vous l'avez repoussée à 1927.

(1). II s'agissait d'un décret purement formel : dès le mois de mars 1941, la police française arrêtait les Juifs français depuis 1897, pour les livrer aux Allemands !

L. Darquier : Mais bien entendu ! Il fallait qu'il y en ait plus !

L’Express : Plus de Juifs déportés, c'est ça?

L. Darquier : Evidemment. Il fallait à tout prix se débarrasser de ces étrangers, de ces métèques, de ces milliers d'apatrides qui étaient à l'origine de tous nos maux. Ils avaient voulu la guerre. Ils nous l'avaient amenée. Il fallait qu'ils s'en aillent. Le plus vite possible, le plus loin possible. C'est le deuxième but que je m'étais fixé en prenant mes fonctions: envoyer tous ces gens faire chez eux ce qu'ils essayaient de faire chez nous !

L’Express : Comment ça, chez eux? En 1942, le peuple juif n'avait pas de  patrie !

L. Darquier : Je veux dire : là-bas, je ne sais où, en Pologne. Le projet était de leur donner un territoire quelque part par-là. Ainsi, ils auraient cessé d'être des apatrides ! C'est ce que je voulais, moi : la fin du Juif errant. Qu'enfin, après deux mille ans, ces gens-là ne soient plus des étrangers partout où ils se trouvaient.

L’Express : C'est stupéfiant. Pour un peu, vous m'expliqueriez qu'Auschwitz se situe dans le droit-fil de la Déclaration Balfour !

L. Darquier : Auschwitz... Auschwitz... Vous savez, on en a beaucoup raconté sur Auschwitz ! Il faudrait commencer

par savoir ce qui s'est réellement passé à Auschwitz.

L’Express : Un million de morts. Parmi eux, d'innombrables enfants. Tous gazés.

L. Darquier :: Non, non, non... Ça, vous ne me le ferez jamais croire. C'est encore cette satanée propagande juive qui a répandu et entretenu cette légende. Je vous répète que les Juifs sont toujours prêts à tout pour qu'on parle d'eux, pour se rendre intéressants, pour se faire plaindre. Je vais vous dire, moi, ce qui s'est exactement passé à Auschwitz. On a gazé. Oui, c'est vrai. Mais on a gazé les poux.

L’Express : Qu'est-ce que vous voulez dire?

L. Darquier : Je veux dire que lorsque les Juifs sont arrivés au camp, on les a fait déshabiller, comme il est normal, avant de les conduire à la douche. Pendant ce temps là, on désinfectait leurs vêtements. Après la guerre, les Juifs ont fait circuler partout des photographies montrant du linge entassé ou pendu à des fils. Et ils gémissaient... « Regardez, disaient-ils, c'est le linge de nos frères que l'on a exterminés ! » C'était faux, bien sûr. Mais, que voulez-vous, ils sont comme ça, les Juifs. Il faut toujours qu'ils mentent.

L’Express : C'est bien ce que je disais : vous êtes unique dans votre genre. Eichmann lui-même ne niait pas l'existence de la solution finale. Vous, si. Vous étiez pourtant au courant.

 

« Note de service de l'Office central de sûreté du Reich IV B 4, 11 juin 1942.

Une conférence a eu lieu à laquelle assistaient,  outre le  soussigné  S S Hauptsturmfùhrer Dannecker, les responsables des sections juives de Bruxelles et de La Haye.

Objet : Des raisons militaires s'opposent, cet été, au départ des Juifs d'Allemagne vers la zone d'opération de l'Est.

Aussi le Reichsführer SS a-t-il ordonné de transférer au camp de concentration d'Auschwitz. une plus grande quantité de Juifs en provenance de l'Europe du Sud-Est ou des régions occupées de l'Ouest. La condition essentielle est que les Juifs, des deux sexes, soient âgés de 16 à 40 ans. 10% des Juifs inaptes au travail pourront être compris dans ces convois.

Décision. Il a été convenu que 15 000 Juifs seraient déportés des Pays-Bas, 10 000 de Belgique et 100 000 de France, y compris la zone non occupée. »                     

L’Express :: Vous ne trouvez pas que ce simple texte, qui a nécessairement atterri sur votre bureau, implique, de manière à peine voilée, la solution finale?

L. Darquier : Non. Je vous répète que la solution finale est une invention pure et simple. Est-ce que vous connaissez quelqu'un qui ait jamais vu, ce qui s'appelle vu, une chambre à gaz ?

L’Express : Des milliers de survivants d'Auschwitz. Sans compter les commissions d'enquête des Alliés après la guerre, et tous les visiteurs du musée d'Auschwitz. Moi, entre autres.

L. Darquier : Elle a été fabriquée après coup, votre chambre à gaz. Vous ne m'en ferez pas démordre.

L’Express : C'est probable, en effet. Vous n'en démordrez pas. Maintenant, ces photos, vous les avez déjà vues ?

( Je tente de lui faire voir des photographies montrant des corps de femmes et d'enfants que l'on vient de sortir de la chambre à gaz. Il se détourne.)

L. Darquier : Je ne veux même pas les voir. Ce sont des photos truquées. Vous savez, je suis très bien renseigné. Je sais qu'après la guerre les Juifs ont fabriqué des faux par milliers et, comme je vous le disais tout à l'heure, ils ont intoxiqué la terre entière avec ces faux. Vous êtes une de leurs victimes parmi des millions.

L’Express : Bon. Maintenant, pourriez-vous me dire ce que sont devenus ces gens-là ?

(Je feuillette devant lui le livre de Klarsfeld, une sorte d'annuaire de la déportation.)

 

Que sont devenus les mille  déportés du trente-troisième convoi— je prends cet exemple parmi d'autres — qui a quitté la gare de Drancy le 11 septembre 1942? Que sont devenus Daniel Belchatowski, 10 ans, Solange Grinsztein, 2 ans, Raymonde Hubermann, 7 ans ?

L. Darquier :: Comment voulez-vous que je le sache? Ce n'était pas mon boulot de savoir ce que devenaient les Juifs après. Mon travail était exclusivement administratif. J'étais un haut fonctionnaire français. J'ai toujours veillé à ce que le problème des Juifs en France soit résolu par les Français. Et, croyez-moi, ce n'était pas facile. Il fallait toujours louvoyer entre Pierre Laval et ce fou furieux de Dannecker. Entre ces deux-là, il était presque impossible de faire du bon boulot. Si c'était à refaire, je vous le dis tout de suite, je refuserais.

L’Express :: Votre réponse appelle plusieurs questions. Voici la première : qu'entendez-vous exactement par faire du bon boulot?

L. Darquier : Trier le bon grain de l'ivraie. Protéger les Juifs français, je vous l'ai déjà dit. D'ailleurs, je vais vous   surprendre.   Savez-vous   que j'avais beaucoup d'amis juifs? Par la suite, en raison des événements, ils ont cru bon de me battre froid. C'est la vie. Je ne leur en veux pas. D'autant plus que certains d'entre eux m'ont aidé, je vous raconterai cela plus tard. Pour revenir à votre question, faire du bon boulot, cela consistait à empêcher les Allemands de prendre en main les affaires juives. S'ils l'avaient fait, c'aurait été la catastrophe.

« C'est une bien heureuse décision que viennent de prendre le Maréchal et le président Laval en confiant à M. Darquier de Pellepoix le Commissariat aux Questions juives... D'aucuns prétendent parfois que la lutte antijuive chez nous n'est qu'une pâle copie du racisme allemand. Les niais! Ne savent-ils pas que de purs Français de France, et Darquier en est un, n'avaient rien à apprendre de quiconque à cet égard. »

André Chaumet, vice-président de l'Association des journalistes antijuifs. 

 

Entretien conduit par Philippe Ganier-Raymond. Copyright © 1978. L'Express.

     SUITE A L'ARTICLE 4

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Hélène Larrive 22/12/2012 18:34

Merci pour votre blog. Je suis actuellement aux prises avec un "pote" mais qui ne le sera plus bientôt qui flirte dangereusement avec le révisionnisme et ça commence à faire beaucoup. Bien
cordialement. L'interview de Darquier est saisissant; Ne l'a-t-on pas liquidé à la Libération? je croyais, c'est bien dommage. Hélène Larrivé
Une question : je trouve dans un article du Figaro un article disant que les juifs ont porté l'étoile en ZNO, contradictoire avec ce que vous dites. Qu'en est-il? Merci. HL